Guide pratique de l’apprentissage à distance pour les éducateurs

Classter, en association avec le Dr Dimitris I Sotiropoulos (formateur d’éducateurs en technologies numériques, professeur adjoint au département d’informatique et de télécommunications de l’Université de Thessalie), a le plaisir de présenter une nouvelle série d’articles visant à informer les éducateurs sur les méthodes d’apprentissage à distance. Dans ce troisième et dernier article de la série, nous donnerons des conseils pratiques et des instructions concernant les meilleures pratiques d’apprentissage à distance pour les éducateurs.

Dans les deux articles précédents de cette série, nous avons expliqué le concept de idées de base et le les principales fonctions de l’apprentissage numérique. Nous avons proposé un processus étape par étape pour l’application de l’apprentissage numérique et nous allons maintenant conclure en répondant à certaines questions que les éducateurs peuvent se poser concernant l’utilisation pratique de l’apprentissage à distance.
 

De quel type d’équipement l’instructeur a-t-il besoin pour préparer le cours ?

Un ordinateur et une bonne connexion internet suffisent. Pour un meilleur accès à l’internet, l’ordinateur doit être connecté à un routeur WiFi. Un deuxième moniteur serait utile à l’instructeur, car il lui permettrait de contrôler totalement ce que l’étudiant peut voir ou d’agrandir son espace de travail pour être plus à l’aise.

Y a-t-il des mesures à prendre avant d’utiliser l’ordinateur ?

Oui, l’enseignant peut avoir besoin d’ effectuer des tests et de vérifier que tout fonctionne bien dans une classe virtuelle en conditions réelles. Pour ce faire, une personne peut demander l’aide d’un collègue. Ainsi, un formateur peut sefamiliariser avec les outils de l’enseignement moderne (messages, micro, caméra) et se familiariser avec leur utilisation. Il serait également utile que l’enseignant ait accès au compte de l’élève afin qu’il puisse contrôler entièrement ce qui est visible par l’élève.

La plupart des plateformes utilisées pour l’apprentissage en ligne offrent une fonction qui permet à l’enseignant de contrôler entièrement le système en étant capable de voir ce qui apparaît sur l’écran de l’étudiant. En outre, l’instructeur peut aménager son espace de travail en conséquence, de sorte qu’il puisse travailler tranquillement sans aucune distraction.

Comment l’instructeur doit-il se préparer avant le cours ?

L’instructeur doit préparer son cours à la fois au niveau synchrone et asynchrone.

Tout d’abord, quelqu’un crée et télécharge les devoirs (dans un certain délai) sur le LMS. Le matériel téléchargé contiendra des feuilles de travail pour les étudiants. Chaque élève se verra attribuer une évaluation et pourra soumettre ses réponses par l’intermédiaire de la plateforme.

Ensuite, sur la base du plan de cours, l’instructeur peut organiser son matériel de cours en utilisant l’outil de son choix (présentation Powerpoint, fichier PDF, etc.) qu’il peut présenter par le biais de la plateforme d’enseignement synchrone.

À la fin de la session (et avant le début de la session suivante), il peut éditer et vérifier les évaluations et les devoirs soumis afin de définir le niveau de compréhension et de trouver d’éventuelles erreurs ou méconnaissances du cours précédent. Entre-temps, l’instructeur télécharge sur la plateforme des réponses indicatives pour le matériel enseigné.

Le matériel utilisé lors d’une session est-il d’un type particulier ?

La planification et la mise en œuvre de la session seront effectuées avec le même système que celui utilisé dans l’environnement physique de la salle de classe (Powerpoint, Prezi, Visme, Sway, Keynote, Pdf Reader, Smart Notebook, One Note) qui contiendra l’ensemble du matériel pédagogique afin d’être disponible pendant le cours.

Aujourd’hui en particulier, l’instructeur doit suivre des stratégies données pour trouver son matériel, afin d’y accéder en peu de temps par le biais de sources fiables et scientifiques.

Les étudiants doivent-ils recevoir le matériel avant la session ?

Cela dépend de l’approche pédagogique. Il doit toujours y avoir du matériel disponible (présentations, feuilles de travail, etc.) pour que les étudiants puissent suivre les procédures et accomplir les actions non seulement avant mais aussi après la session.

Comment et quand les étudiants sont-ils informés d’une session à venir ?

Les outils fournis par un LMS, tels que l’emploi du temps/le calendrier académique, les annonces et les messages internes, constituent une solution à ce problème. Dans certains cas, les utilisateurs peuvent se tenir au courant de toutes les informations nécessaires par courrier électronique ou par SMS. Un système de gestion scolaire comme Classter peut simplifier cette procédure en envoyant des messages groupés en fonction de chaque groupe/classe.

Quelle est l’utilité d’un plan de cours pour l’enseignant ?

Avoir un plan de cours est essentiel pour réussir, avoir un plan détaillé avec un schéma que les étudiants et l’enseignant peuvent suivre, n’a pas de prix. Il est extrêmement important pour la bonne organisation d’une classe de minimiser autant que possible les temps morts dans l’enseignement moderne. Des modèles de méthodes d’apprentissage et de planification de sessions peuvent être trouvés pour les éducateurs. Ces modèles peuvent être personnalisés en fonction des besoins individuels des éducateurs et afin de les aider à s’adapter à de nouvelles situations. Les bases de données bien connues pour les modèles de planification de l’apprentissage et des sessions sont Aisopos, Ifigenia, Mitida et la base de données européenne Open Discovery Space. Une autre approche en ligne est l’utilisation de WebQuests (voir un exemple ici).

Comment l’apprentissage en ligne peut-il adapter le modèle de la classe inversée ?

Un exemple de session de classe inversée pourrait comprendre les phases suivantes :

  • Phase 1 – Asynchrone: L’instructeur partage le matériel d’une nouvelle session par le biais de la plateforme.
  • Phase 2 – Asynchrone : Les étudiants utilisent le matériel téléchargé et étudient à l’aide de feuilles de travail. Ils utilisent les outils, les programmes et les sites web proposés par l’enseignant. Ils étudient principalement seuls et remplissent des feuilles de travail, écrivent des questions, mais ils sont également encouragés à collaborer avec leurs camarades de classe en utilisant un réseau social ou le téléphone (selon le moyen qui convient le mieux) et à étudier ensemble.
  • Phase 3-Synchrone: Dans la classe virtuelle, les élèves posent à leur enseignant les questions qui ont été soulevées au cours de la phase 2. L’instructeur répond aux questions, résout les problèmes et conclut la session avec du nouveau matériel (présentations et simulations) et, s’il dispose des outils numériques appropriés, donne la possibilité d’une collaboration à distance entre les étudiants.
  • Phase 4 – Asynchrone: L’instructeur télécharge quelques réponses indicatives pour les sujets qui ont été enseignés au cours des phases précédentes.
  • Le cercle peut reprendre à partir de la phase 1. Les feuilles de travail et le matériel interactif sont disponibles sur la plateforme numérique (c’est-à-dire Eclass/Moodle/Classter) où les étudiants téléchargent les feuilles de travail ou les remplissent en ligne sous la forme d’enquêtes et de quiz (Microsoft Form, Google Forms, etc.).

Que doit faire l’élève avant la session ?

Avant le début du cours, l’étudiant doit avoir effectué tous les devoirs, en suivant les bonnes instructions, et il doit avoir répondu aux quiz et aux enquêtes et les avoir téléchargés sur la plateforme. En outre, l’élève peut avoir écrit toutes les questions auxquelles l’enseignant doit répondre.

Quel est l’équipement essentiel ?

L’étudiant peut assister aux cours à l’aide d’un ordinateur portable, d’une tablette ou même d’un téléphone portable s’il n’a pas d’ordinateur portable. En ce qui concerne les devoirs, il serait préférable qu’il utilise un ordinateur ou une tablette puissante. Enfin, l’étudiant doit disposer d’un carnet pour prendre des notes.

Les élèves doivent-ils tester le matériel avant de l’utiliser ?

Un élève peut tester son équipement tout en étant connecté avec ses camarades de classe. Nous pourrions les encourager à le faire. N’oublions pas que les étudiants ont déjà l’expérience des connexions virtuelles par le biais des médias sociaux et des applications mobiles. Cela se produit principalement lors des premières leçons et avec l’aide des instructeurs. C’est la partie où ils comprennent comment organiser leur espace de travail (microphone, caméra, arrière-plan, casque, bruits extérieurs, cahiers, stylos).

Que doit faire un instructeur pendant un cours (synchrone) ?

Un instructeur est prêt à commencer à enseigner dans une classe virtuelle lorsqu’il a préparé son matériel pédagogique et téléchargé tous les devoirs. En outre, l’enseignant doit avoir répondu à toutes les questions et avoir préparé le plan de cours avec le matériel essentiel.

Voici quelques suggestions d’étapes pour l’apprentissage électronique synchrone:

  • Nous entrons dans la classe virtuelle quelques minutes plus tôt (environ cinq minutes).
  • Nous saluons tous les élèves un par un en les appelant par leur nom.
  • Une liste des étudiants sera nécessaire
  • Nous encourageons les étudiants à contacter leurs camarades de classe qui ne sont pas encore connectés.
  • Nous tenons un registre des présences (même si cela n’est pas obligatoire, cela a une valeur psychologique).
  • En guise de soutien psychologique, il peut être utile de rappeler aux élèves qu’il s’agit d’une situation temporaire.
  • Toutes les applications et les vidéos en ligne doivent être préparées pour la session.
  • Nous commençons par une révision rapide des leçons précédentes et nous demandons aux étudiants de répondre à quelques questions de base. Bien entendu, chaque leçon est liée à l’approche pédagogique que nous suivons et que nous appliquons en fonction du plan de cours/scénario pédagogique que nous avons créé.
  • Nous parlons dans le microphone et, si nécessaire, devant la caméra (concernant l’utilisation d’une caméra, voir ci-dessous).
  • Nous partageons notre écran ou, de préférence, une application spécifique avec les élèves.
  • Nous pouvons donner le contrôle de notre écran à un étudiant lorsqu’il doit donner une réponse (comme dans le cas d’un tableau noir en classe). Bien entendu, ces interactions doivent être menées avec prudence
  • Nous devons rappeler aux étudiants la nécessité de respecter le « Mémorandum de conduite éducative » convenu.
  • Nous encourageons les étudiants à jouer un rôle actif tout au long de la procédure.
  • Nous pouvons utiliser l’outil de chat pour poser des questions aux élèves à tour de rôle.
  • Encouragez les élèves à utiliser l’outil de chat pour répondre aux questions que leurs camarades n’ont peut-être pas entendues.
  • Il est très important de faire participer tous les élèves en leur posant des questions. Les élèves doivent avoir la possibilité de parler et de s’exprimer.
  • Si l’outil de classe virtuelle que nous utilisons dispose d’un bouton demandant un tour de parole, les élèves doivent l’utiliser conformément à la note éducative concernant le comportement des élèves en classe.
  • Utilisez de petits questionnaires rapides pendant le cours pour attirer l’attention des élèves et leur donner l’occasion de s’exprimer.
  • N’oubliez pas de résumer ce que les étudiants ont appris à la fin de chaque session et les projets ou devoirs à rendre pour la session suivante (même si toutes ces informations doivent se trouver sur la plate-forme d’enseignement asynchrone ou synchrone ou sur la plate-forme de communication).
  • Pour conclure la session, les élèves doivent remplir un bon de sortie avant de partir.

Idées techniques pour simuler l’utilisation du tableau d’une salle de classe

Si nous souhaitons écrire numériquement (comme nous le faisons en classe sur un tableau noir), mais que nous n’avons pas accès à un ordinateur portable avec écran tactile ou que nous n’utilisons pas (pour enseigner toute la session) une tablette dotée de spécifications et d’une puissance de traitement élevées, nous pouvons choisir l’une des méthodes suivantes

A) Nous pouvons utiliser un appareil photo ou l’appareil photo d’un téléphone portable et le diriger vers le carnet dans lequel nous écrivons. Vous pouvez utiliser un téléphone portable comme appareil photo externe en le connectant par USB à un ordinateur équipé du logiciel approprié.

B) Une deuxième façon de projeter votre écriture électroniquement est d’utiliser une tablette (même un modèle ancien) sur laquelle vous pouvez écrire et ensuite, à l’aide d’un logiciel de diffusion, partager ce que vous écrivez avec les étudiants qui assistent à votre session. Cette méthode peut donner aux élèves l’impression réelle de regarder leur professeur comme s’il écrivait sur un tableau noir. A la fin de la session, le matériel rédigé par l’enseignant peut être partagé en format pdf avec l’ensemble de la classe.

C) Nous pouvons également utiliser un outil très utile appelé numériseur. Il donne l’impression d’utiliser un tableau blanc interactif. Avec les deux méthodes mentionnées précédemment, nous pourrions utiliser un logiciel de gestion de tableau blanc interactif tel que Smart Notebook (payant) ou OpenBoard (gratuit).

Sites web et logiciels pouvant être utilisés pour chaque domaine académique

  • Dans le domaine des sciences naturelles, nous devons utiliser des simulations expliquant les liens particuliers et les corrélations entre ces sujets et la réalité.
  • En mathématiques, nous pouvons trouver de nombreux logiciels qui peuvent nous aider, des logiciels tels que Geogebra qui peuvent être connectés à des outils d’enseignement synchrone tels que MS Teams ou à des logiciels de gestion de tableaux blancs. Il existe également des outils web tels que Wolfram Alpha et d’autres qui peuvent aider à résoudre des équations et des problèmes mathématiques.
  • Pour les matières informatiques, vous pouvez trouver une pléthore d’outils de programmation en ligne et, en fonction de votre familiarité avec la programmation, vous pouvez trouver l’outil le plus approprié pour vous. Scratch est un outil de programmation très populaire.
  • Les musées virtuels et les sites web culturels ou religieux peuvent être utiles dans un grand nombre de domaines.
  • Pour les matières techniques et technologiques, nous pouvons trouver de nombreux logiciels qui peuvent grandement améliorer l’expérience de l’enseignement à distance des matières. Deux de ces logiciels sont PepaKura Designer et Tinker Cad.
  • Nous devrions utiliser des sites web qui peuvent offrir des fonctions de collaboration améliorées à utiliser dans chaque matière (pour plus d’informations à ce sujet, voir l’article précédent).

Nous ne devons pas oublier que dans l’enseignement à distance, nous devons compenser l’absence de contact physique en tirant parti des capacités numériques dont nous disposons pour établir un contact personnalisé. Ces outils comprennent le microphone et la caméra, ainsi que des questionnaires.

La caméra doit-elle être allumée ou éteinte ?

L’utilisation de l’appareil photo pour les sessions d’enseignement en ligne est un sujet distinct et dépend fortement de l’âge des étudiants participant à la session. Nous suggérons que les étudiants n’utilisent leur appareil photo qu’en cas de réelle nécessité. Les raisons de l’utilisation d’une caméra pendant les sessions peuvent être d’ordre psychologique, pour résoudre certaines difficultés pendant les sessions initiales ou si les élèves ont créé quelque chose eux-mêmes et doivent le montrer à la classe (s’ils ont créé une carte ou un diorama).

En général, si les caméras sont éteintes, nous pouvons minimiser les effets sensoriels et protéger nos élèves. De plus, en gardant les caméras éteintes pendant les sessions, nous minimisons toute perte de concentration ou d’attention de la part des étudiants.

L’utilisation ou non de caméras a beaucoup à voir avec la protection des données à caractère personnel. Cette question doit être résolue au niveau central par le ministère ou l’organe directeur de l’école afin que la procédure soit claire et incluse dans le « contrat éducatif ».

Comment un éducateur encourage-t-il l’engagement des élèves ?

Puisque nous utilisons une plateforme de communication en ligne (cela dépend de la plateforme que nous utilisons), il y a des moyens de contrôler et de maintenir l’assiduité. Naturellement, il existe aussi des moyens plus subtils de contrôler l’assiduité en utilisant de courts questionnaires ou des sondages.

En tant qu’éducateurs, nous devons appliquer à la salle de classe virtuelle les méthodes utilisées dans la salle de classe physique pour susciter l’intérêt des élèves. Ces méthodes peuvent consister à impliquer activement tous nos élèves dans le processus d’apprentissage en leur posant des questions et en les encourageant à en poser eux-mêmes. Cette méthode doit être utilisée quelle que soit la nature physique ou non de la salle de classe.

Pour impliquer les étudiants, nous pouvons utiliser des outils tels que des questionnaires, de courts quiz, des tableaux collaboratifs ou même des fenêtres de chat avec des réponses codifiées/prédéfinies. De cette manière, nous pouvons simuler l’environnement de la salle de classe physique en ligne (ce qui réduit dans une large mesure les problèmes liés à l’absence de présence physique).

Comment recueillir les commentaires des étudiants sur l’efficacité de la session d’enseignement et sur les points à améliorer ?

Un moyen utile de recueillir des informations sur l’efficacité de la session d’enseignement consiste à distribuer de courts questionnaires après chaque chapitre de la matière enseignée ou à différents moments de la session. Cela permettra d’évaluer les capacités d’apprentissage des étudiants et, en même temps, nos propres capacités à transmettre les connaissances.

En outre, il existe des outils en ligne tels que Socrative ou Kahoot qui utilisent des quiz ludiques pour nous donner un aperçu immédiat de nos performances en classe au cours de la session et pour évaluer les capacités d’apprentissage de nos étudiants sur la base de chaque partie spécifique de la session.

Les tickets de sortie remplis à la fin de la session peuvent donner aux éducateurs des résultats immédiats. Les résultats peuvent aider les éducateurs à améliorer leurs points de la semaine ou même à apporter des changements ou des ajouts immédiats (s’ils ont prévu du temps à la fin de la session).

Que doit faire l’éducateur après une session d’enseignement synchrone ?

L’éducateur doit évaluer les étudiants et le processus éducatif. Avec une plateforme (telle que classter) qui dispose d’outils spécialisés pour donner un retour d’information et qui aide à recueillir des informations utiles concernant le processus éducatif ainsi que les performances de l’élève au fil du temps, tout devient plus pratique. Les éducateurs reçoivent les projets et les devoirs des élèves de manière rapide et organisée, et ils ont la possibilité d’évaluer le travail qu’ils reçoivent et de suivre les progrès des élèves au fil du temps. Pour rendre les choses encore plus pratiques, les données collectées peuvent être affichées sous forme de camemberts et de graphiques. Cette collecte d’informations fait partie de ce que l’on appelle l’analyse de l’apprentissage (voir cet article intéressant ici).

Comment un éducateur distribue-t-il les devoirs, comment les rassemble-t-il et comment en informe-t-il les élèves ?

La plupart des plateformes d’enseignement asynchrone disposent de fonctionnalités qui permettent à l’éducateur d’assigner des projets, d’annoncer des notes, de créer des groupes de collaboration avec des sujets de collaboration, des réponses automatisées aux questions, des messageries, des salons de discussion et divers compléments web 2.0 qui peuvent être progressivement incorporés dans l’apprentissage à distance (synchrone ou asynchrone) et répondre aux exigences d’un transfert d’une salle de classe physique vers un environnement numérique/virtuel.

Épilogue

Au cours de cette période difficile (qui, espérons-le, s’achèvera bientôt), des plateformes ont été créées de toutes pièces (par des gouvernements et des entreprises), des rôles ont été confiés à des étudiants et à des enseignants et des séances d’enseignement ont été dispensées par des personnes n’ayant qu’une expérience préalable négligeable.

En outre, une grande quantité de contenu et de matériel a été créée pour répondre aux besoins immédiats. Les éducateurs ont créé des groupes sur les médias sociaux et les blogs pour collaborer avec leurs collègues dans un esprit de coopération, dans le but d’enseigner à leurs élèves. La majorité des étudiants ont participé à ce processus avec beaucoup d’enthousiasme et de créativité, même s’ils ont dû s’adapter assez rapidement, voire « violemment » pourrait-on dire, à cette situation sans précédent.

Le matériel pédagogique qui a été créé, même sous le stress de la pandémie, peut être un très bon point de départ pour commencer à créer encore plus de matériel pédagogique afin que les éducateurs puissent accumuler un arsenal éducatif. En donnant aux éducateurs l’accès à ce matériel, ils peuvent affronter efficacement les périodes académiques à venir.

La pandémie et la période que nous traversons tous en ce moment finiront par passer (nous espérons ne plus jamais être confrontés à une telle situation, mais c’est possible). Cette expérience (acquise par les éducateurs et les étudiants) ainsi que le matériel créé doivent rester actifs et utilisables à l’avenir.

Cela dépend naturellement du gouvernement central, qui doit créer un cadre complet (avec une série de décisions qu’il doit prendre et de ressources qu’il doit allouer), afin qu’il puisse être adopté sans friction là où il doit être appliqué, à chaque fois et partout où une forme d’apprentissage mixte est nécessaire. Les étudiants auront ainsi la possibilité de profiter du meilleur des deux mondes (apprentissage physique et à distance) sans préjugés ni craintes.

L’adoption de nouvelles plateformes ou la mise à jour des plateformes existantes, la formation des éducateurs à de nouvelles méthodes de recherche et d’enseignement, la formation à de nouveaux outils d’apprentissage et de collaboration numérique et leur application dans l’éducation sont des éléments essentiels pour l’avenir de l’éducation après la pandémie de Covid-19.

Sources pour les éducateurs qui peuvent apporter des idées et du matériel

FAQ

De quel équipement les éducateurs ont-ils besoin pour se préparer à l’apprentissage à distance ?

Les éducateurs ont généralement besoin d’un ordinateur avec une connexion internet stable, de préférence connecté à un routeur WiFi pour une meilleure accessibilité. En outre, le fait de disposer d’un deuxième écran peut améliorer leur espace de travail et leur permettre de mieux contrôler les activités des élèves.

Comment Classter aide-t-il les éducateurs à gérer les travaux et les devoirs ?

Classter propose des fonctionnalités permettant d’attribuer des projets, d’annoncer les notes, de créer des groupes de collaboration entre étudiants et de faciliter la communication, afin d’assurer une distribution, une soumission et un retour d’information efficaces.

Classter offre-t-il un support pour les environnements d’apprentissage mixtes ?

Oui, Classter est équipé pour soutenir l’apprentissage mixte en fournissant des fonctionnalités pour l’enseignement synchrone et asynchrone, facilitant une transition transparente entre les salles de classe physiques et numériques.

Notre équipe est prête à vous aider à mettre en place Classter pour le succès de votre institution !

Nous serions ravis de discuter de la manière dont nous pouvons travailler ensemble pour vous aider à libérer tout le potentiel de productivité de votre institution.

Trouver plus d'articles

Articles connexes

Le choix de la rédaction

footer form background spheres

Rejoignez les centaines d'organisations
qui utilisent Classter pour améliorer leur efficacité
et rationaliser leurs processus.

Avec une plateforme qui rendra la gestion de chaque aspect de votre institution transparente et efficace, vous libèrerez tout le potentiel de votre institution. Notre équipe est toujours prête à vous aider à démarrer.